Arnaud Fournier

Une expérience de plus de 15 ans dans le monde de l’IT et de l’assurance. La passion de transformer l’entreprise en profondeur en tirant le meilleur de la technologie au service d’une évolution permanente de la relation client.
Stratégie IT&Digital | Lean Start Up | Squad pour innover | Insurtech

L’actu Insurtech et Digital de la semaine du 08 janvier 2018

Logo Veille

Marketing Digital > Publicité : Repenser le marketing et la publicité pour être moins intrusif : Article FrenchWeb ici et ici

Marketing Digital > Réseaux sociaux : l’info de la semaine Facebook change de stratégie sur son fil d’actus

Marketing Digital > Tendances : un excellent article de tendances 2018

Insurtech > Accélérateurs : Un nouvel accélérateur dans le monde de l’assurance

Insurtech > 10 insurtechs à connaître 

Innovation > Izibizi : Découvrir un talent

Quelles méthodes pour innover et créer des produits ou des services en adéquation avec une attente client ?

Innovation

Il y a bien sûr l’idée, le time to market et l’exécution qui restent très importants pour innover. Mais je pense que le plus grand défi pour quiconque souhaite innover, réside dans la capacité de trouver une proposition de valeur que les clients veulent vraiment et qui peut s’exécuter à travers un modèle économique rentable et évolutif.

L’évolution des technologies du numérique est une source fabuleuse d’opportunités qui permet d’imaginer de nouveaux services, de nouveaux produits et une nouvelle approche pour réinventer des secteurs économiques complets.

Le défi est donc non seulement de maîtriser ces technologies, d’être visionnaire pour imaginer les usages de demain mais surtout de se mettre en capacité de bien comprendre les besoins des clients, de tester des solutions et de valider les hypothèses en mesurant en continu les premiers résultats.

La première étape pour relever ce défi est de constituer une équipe en charge de trouver de nouveaux usages. Steve Blank, initiateur du mouvement Lean Start Up, définit une startup comme une organisation temporaire à la recherche d’un modèle économique rentable et scalable.

Cela s’applique aussi aux équipes internes d’une entreprise bien établie et qui est en charge d’innover. Il faut mettre cette équipe dans une situation en capacité de réellement tester avec le maximum d’autonomie par rapport au reste de l’entreprise. (j’appelle cela le mode startup studio, qui évoque le fait de recréer une dynamique startup à l’intérieur d’une entreprise.)

La seconde étape est de se mettre dans une démarche itérative où l’écoute du client, la mesure des hypothèses établies pour créer de nouveaux usages et la capacité de tester vont être au centre de l’organisation en charge d’innover.

Il existe quelques méthodes intéressantes qui permettent de faciliter cette approche et qui donnent un cadre pour mettre en oeuvre plus facilement cette démarche de recherche.

 

Lean Canvas

La méthode Lean Startup correspond à une démarche itérative qui a pour objectif de valider les concepts supposés auprès des clients.

La méthode repose principalement autour de 9 questions :

  • Problèmes : une brève description des trois problèmes principaux que vous voulez résoudre.
  • Clientèle : qui sont vos clients, peuvent-ils être segmentés ? Si vous avez des clients très différents, il est préférable de faire deux canevas distincts notamment parce que les réponses pour chaque bloc peuvent être sensiblement différentes.
  • Proposition de valeur unique : quel est le slogan de votre produit ou la raison en quoi vous êtes différents et/ou meilleur.
  • Solution : quelles sont les fonctionnalités minimums qui font que votre produit a de la valeur et se différencie (traduit par la proposition de valeur unique).
  • Indicateurs clés : décrire les actions clés qui correspondent à du revenu ou de la rétention client.
  • Canaux : listez les canaux gratuits et payants que vous pouvez utiliser pour atteindre vos clients.
  • Couts : liste de vos coûts fixes et variables.
  • Revenu : identifiez votre modèle de revenu (abonnement, commission, freemium…) ainsi que votre marge brute, votre seuil de rentabilité, etc.
  • Avantages concurrentiels : généralement la plus difficile à remplir correctement.

Aller plus loinLEAN START UP – Eric Ries

Le Manifeste du développement par les clients

La méthode du « manifeste du développement par les clients » proposée par Steve Blank et Bob Dorf dans le livre « Le manuel du créateur de startup » donne réellement des clés pratiques pour entrer dans une démarche itérative.

SteveBlank Canvas

Aller plus loin : LE MANUEL DU CREATEUR DE STARTUP

 

VALUE PROPOSITION DESIGN

 

Cette méthode, proposée par ALEXANDER OSTERWALDER & YVES PIGNEUR, propose un processus permettant de concevoir des produits et des services en adéquation avec ce que veulent les clients.

Le Value Proposition Canvas repose sur deux volets :

  • Le profil des clients qui permet de mieux expliciter la connaissance du client s’articule autour de trois thèmes :
    • Les bénéfices qui sont les résultats que les clients souhaitent atteindre ou les bénéfices concrets qu’ils recherchent
    • Les aspirations des clients décrivent ce que les clients essaient d’accomplir dans leur domaine professionnel et dans leur vie, tel qu’ils l’expriment
    • Les problèmes correspondent aux résultats négatifs, aux risques et aux obstacles relatifs aux aspirations des clients
  • La carte de valeur qui représente la manière dont la valeur est créée s’articule également autour de trois thèmes :
    • La liste des produits et services autour desquels est construite une proposition de valeur
    • Les solutions décrivent comment les produits et services soulagent les problèmes des clients
    • Les créateurs de bénéfices montrent comment les produits et les services créent des bénéfices pour les clients

Lorsque les deux arrivent à converger, il y a adéquation et donc validation de création de  valeur.

VALUE PROPOSITION DESIGN CANVAS

Aller plus loin et découvrez une synthèse plus complète de cette méthode :  VALUE PROPOSITION DESIGN

 

BUSINESS MODEL CANVAS

 

Cette matrice propose 9 composantes qui permettent de décrire comment une organisation génère de la valeur pour ces clients.

Aller plus loin et découvrez une synthèse plus complète de cette méthode : BUSINESS MODEL NOUVELLE GÉNÉRATION

 

Business_Model_Canvas

 

 

Ces méthodes ne sont pas exclusives et peuvent s’utiliser les unes avec les autres.

Comme chaque méthode, cela ne fait pas tout. Il faut l’adapter à son contexte, prendre les outils et là-aussi tester.

Si vous avez déjà appliqué une de ces méthodes, faîtes-nous partager vos retours d’expérience.

De même si vous avez d’autres méthodes pour innover et créer de nouveaux services, n’hésitez pas à le partager ici.

VALUE PROPOSITION DESIGN – ALEXANDER OSTERWALDER & YVES PIGNEUR & GREG BERNARDA & ALAN SMITH

Couverture Value Proposition Design

Ce livre présente une méthode de design et un processus permettant de concevoir des produits et des services en adéquation avec ce que veulent les clients.

Cette méthode est proposée par la même équipe qui a conçu le Business Model Canvas.
Elle apporte des outils pour analyser, élaborer et mener à bien la recherche de propositions de valeur qui intéressent les clients.
Ecrit avec un esprit ludique, il présente des méthodes pédagogiques actionnables assez facilement.

Présentation du Value Propositon Canvas

 

Le Value Proposition Canvas repose sur deux volets :

  • Le profil des clients qui permet de mieux expliciter la connaissance du client s’articule autour de trois thèmes :
    • Les bénéfices qui sont les résultats que les clients souhaitent atteindre ou les bénéfices concrets qu’ils recherchent
    • Les aspirations des clients décrivent ce que les clients essaient d’accomplir dans leur domaine professionnel et dans leur vie, tel qu’ils l’expriment
    • Les problèmes correspondent aux résultats négatifs, aux risques et aux obstacles relatifs aux aspirations des clients
  • La carte de valeur qui représente la manière dont la valeur est créée s’articule également autour de trois thèmes :
    • La liste des produits et services autour desquels est construite une proposition de valeur
    • Les solutions décrivent comment les produits et services soulagent les problèmes des clients
    • Les créateurs de bénéfices montrent comment les produits et les services créent des bénéfices pour les clients

Lorsque les deux arrivent à converger, il y a adéquation et donc validation de création de  valeur.

La méthode consiste donc à remplir chaque thème de la carte en classifiant par ordre de priorité ou d’importance.

Puis ensuite de bien vérifier l’adéquation entre les les apports et les attentes.

Quelques recommandations données par les auteurs :

  • Utiliser des profils de clients
  • Penser au contexte et au moment de l’expérience du produit ou du service

 

VALUE PROPOSITION DESIGN CANVAS

 

10 caractéristiques d’une bonne proposition de valeur

  1. est partie intégrante de bons modèles économiques
  2. Se concentre sur les aspirations, problèmes et bénéfices les plus importants pour les clients
  3. Se concentre sur les aspirations insatisfaites, les problèmes non résolus et les bénéfices latents
  4. Cible un nombre limité d’aspirations, problèmes et bénéfices, mais le fait très bien
  5. Va au-delà des aspirations fonctionnelles et répond aux aspirations émotionnelles, écologiques et sociales
  6. Est en phase avec les critères de réussite des clients
  7. Privilégie des aspirations, problèmes et bénéfices communs à un grand nombre de personnes ou pour lesquels certains sont prêts à débourser beaucoup d’argent
  8. Se différencie de la concurrence sur les aspirations, problèmes et bénéfices importants pour les clients
  9. Est plus performante que la concurrence sur au moins une dimension
  10. Est difficile à copier

Techniques

 

Le prototypage permet de construire rapidement des modèles de travail bon marché et rudimentaires afin de mieux connaître la désirabilité, la faisabilité et la viabilité d’une proposition de valeur. Différentes techniques peuvent exister :

  • Les épures avec un processus d’animation de brainstorm
  • Les phrases à trous
  • Utilisation du canvas ci-dessus pour illustrer la proposition de valeur
  • Représentation physique d’une proposition de valeur
  • Minimum Viable Product

Le livre propose 6 méthodes pour découvrir les informations sur les clients :

  • La détective des données
  • Le journaliste
  • L’anthropologue
  • La doublure
  • La co-créatrice
  • Le savant

Quelques techniques pour faire des choix et évaluer des propositions de valeur :

  • Se mettre à la place du client
  • Comparer la proposition de valeur versus les concurrents
  • Méthode des 6 chapeaux pour collecter un feedback de qualité
  • Vote avec la méthide de la Dotmocracy

Importance du test

Le dernier paragraphe du livre insiste sur la nécessité de tester et d’itérer pour produire une phase d’expérimentation concrète.

Le livre propose là aussi une série de techniques pour mettre en oeuvre ces tests et consigner l’apprentissage.

 

SI CET ARTICLE VOUS A DONNÉ ENVIE D’ALLER PLUS LOIN, LISEZ CE LIVRE !

Lien Amazon : En savoir plus, voir les commentaires et acheter le livre

SI VOUS ÊTES PLUTÔT, FORMAT VIDÉO

Pour aller plus loin :

 

 

Le meilleur des articles « Tendances 2018 »

Nuages 2017 2018

Je vous souhaite une excellente année 2018 !

Il est de tradition pour beaucoup de blog de se lancer dans de longs billets bilan sur les tendances de l’année à venir.

Je vous épargne donc un nième billet en vous proposant plutôt un schéma synthétisant les grandes tendances évoqués dans les articles et rapports ci-dessous.

Cliquez ici pour voir en grand

Tendances 2018
Tendances 2018

 

Sources

Si vous voulez revoir quelques innovations 2017 comme  le taxi autonome de Navya, la navette spatiale réutilisable de SpaceX, la plate-forme de vidéos courtes Blackpillsou encore le bois bionic de Woodoo : cliquez ici

L’actu Insurtech et Digital de la semaine du 01 janvier 2018

Logo Veille

En ce début d’année, j’ai fait un article spécifique sur les « articles Bilans 2017 » et les « articles Tendances 2018 ».

Je ne mettrai donc ci-dessous les liens intéressants dans cette période un peu plus calme.

Organisation > LEAN : Encore un excellent article du blog d’Operae Partners sur ce qu’apporte le lean aux méthodes agiles – Partie 1 et Partie 2

Technologies > SECURITE : 3 films didactiques qui expliquent la sécurité informatique aux plus novices

Insurtech > UX : un article sympa sur l’expérience client de 4 insurtechs : Lemonade, Slice, State Farm, Next Insurance

Insurtech > LEVEE DE FOND : le courtier +simple.fr lève 10 Millions d’euros   (voir Interview du dirigeant)

Insurtech > IA : Une tribune du trublion des insurtechs… Daniel Schreiber, CEO de Lemonade

Business Model Nouvelle Génération – Alexander Osterwalder & Yves Pigneur

BusinessModel-couverture

Ce livre est un très bon guide pratique pour quiconque souhaite créer ou améliorer un modèle économique.
Il apporte des outils simples pour analyser, élaborer et mettre en oeuvre des modèles économiques performants.
Ecrit avec un esprit ludique, il présente des méthodes pédagogiques actionnables assez facilement.

Depuis presque 10 ans, la matrice proposée dans ce guide a connu un succès réel et s’est imposé comme le premier outil pour la description et la conception de business model.

A noter qu’il existe également un dérivé qui peut être plus pertinent pour les startups défrichant des nouveaux marchés : le Lean Model Canvas.

 

La matrice Business Model Canvas

Cette matrice propose 9 composantes qui permettent de décrire comment une organisation génère de la valeur pour ces clients.

Segments de clientèle
Le bloc « segments de clientèle » définit les différents groupes d’individus ou d’organisations qui sont ciblés (marchés de masse, de niche, segmentés, diversifiés, multilatéraux).

Les questions à se poser :

  • pour chaque produit et/ou votre service, quels sont le ou les segments de clientèle visés ? Exemple de segment de clientèle : les adolescents européens de 15 à 18 ans, les parents de plus de 35 ans, etc …

Proposition de valeur
Le bloc « Propositions de valeur » décrit les combinaisons de produits-services qui créent de la valeur pour chaque segment de clientèle (Nouveauté, performance, personnalisation, design, statut, prix, réduction des coûts)

Les questions à se poser :

  • Qu’est-ce que votre entreprise va apporter à vos clients ?
  • A quel besoin et/ou problème votre entreprise/votre projet va répondre ?
  • Quelle est votre valeur ajoutée ?
  • Quels sont vos points forts par rapport à la concurrence : facteurs qualitatifs comme le caractère innovant, la rapidité de livraison ou des prix compétitifs ?
  • Quelle association de produit et/ou service proposons-nous pour chaque segment de clientèle visé ?

Flux de revenus
Le bloc « Flux de revenus » décrit les types de revenus générés auprès de chaque segment de clientèle (Vente de produits, de biens, abonnement, location/prêt, licensing, frais de courtage, publicité, etc…)

Les questions à se poser :

  • Pour quelle valeur nos clients sont-ils disposés à payer ?
  • Comment payent-ils ?
  • Comment préféreraient-il payer ?
  • Quelle est la contribution de chaque flux de revenus au revenu global ?

Ressources clés
Le bloc « Ressources clés » décrit les actifs les plus importants requis pour faire fonctionner le modèle économique de l’organisation (Actifs physiques, intellectuels, humains, financiers)

Les questions à se poser :

  • Quelles sont les ressources humaines, financières et matérielles nécessaires au lancement de votre projet ?
  • Quelles ressources clés nos propositions de valeur exigent-elles ?
  • Qu’en est-il de nos canaux de distribution ?

Activités clés
Le bloc « Activités clés » décrit les choses les plus importantes qu’une organisation doit faire pour que son modèle économique fonctionne (Production, résolution de problèmes (conseil, santé), plate-forme/réseau)

Les questions à se poser :

  • que faut-il mettre en place pour que votre modèle économique fonctionne ?
  • Quelles sont la ou les activités clé? Par exemple, la chaîne logistique, le développement logiciel …
  • Quelles activités clés nos propositions de valeur exigent-elles ?

Canaux
Le bloc « Canaux » décrit l’entreprise communique et entre en contact avec ses segments de clients : comment faire découvrir les produits-services, faire évaluer, distribuer, acheter l’offre, délivrer la proposition de valeur, fournir un SAV (imprimés, sites web & mobiles, distributeurs, magasins, guichets)…

Les questions à se poser :

  • où votre produit/service sera-t-il vendu ? Sur internet ? Dans des magasins physiques, dans des salons professionnels ? Les canaux de distribution peuvent être directs, tels que la vente sur internet ou indirects tels la vente à des grossistes.
  • Comment intégrer les canaux de distribution aux routines des clients ?

Relations avec le client
Le bloc « Relations avec le client » décrit les types de relations établis avec chaque segment de clientèle en fonction des objectifs stratégiques : acquérir, fidéliser, réaliser des ventes supplémentaires (Assistance personnelle, self-service, services automatisés, communautés, co-création)

Les questions à se poser :

  • Comment allez-vous communiquer auprès de vos clients potentiels ou actuels ?
  • Par de la publicité sur internet, par un blog, par des actions de présentations avant-vente chez vos clients, par des campagnes de démarchage téléphonique, etc ?
  • Vos relations clients sont-elles personnalisées ou automatisées ?

Partenaires clés
Le bloc « Partenaires clés » décrit le réseau de partenaires et de fournisseurs clés grâce auxquels le modèle économique fonctionne (Alliances entre entreprises non concurrentes, coopétition (partenariats / concurrents), jointventures, contrats acheteur-fournisseur)

Les questions à se poser :

  • Avez-vous besoin de prestataires externes pour promouvoir votre produit/service, pour compléter votre offre de service, etc … ?
  • Qui sont nos fournisseurs clés ?
  • Quelles activités clés nos partenaires conduisent-ils ?

Structures de coût
Le bloc « Structures de coût » décrit les différents types de coûts inhérents au modèle économique (Logique de coûts , logique de valeur, coûts fixes, coûts variables, économies d’échelle, économies d’envergure)

Les questions à se poser :

  • Quels sont les différents types de coûts pour votre projet ? Coûts fixes, coûts variables, économie d’échelle, …
  • Quelles ressources clés sont les plus coûteuses ?

 

Business_Model_Canvas

Les différentes typologies de business model

Cette partie du livre décrit 5 typologies de modèles économiques possédant des caractéristiques communes :

  • Le dégroupage : Selon le concept d’entreprise « dégroupée », il existe trois types d’organisations fondamentalement différents : les organisations fondées sur la relation client, celles fondées sur l’innovation produit et celles dites d’infrastructure. Chaque type est assorti d’impératifs économiques, concurrentiels et culturels différents. Les trois types peuvent coexister au sein d’une seule entreprise mais, dans l’idéal, ils sont « dégroupés » en entités distinctes en vue d’éviter les conflits ou les arbitrages.
  • La longue traîne : Les modèles économiques dits de longue traîne visent à vendre « moins de plus » : offrir un grand nombre de produits de niche, chacun de ces produits étant vendu relativement rarement. Les ventes agrégées d’articles de niche peuvent être aussi lucratives que le modèle traditionnel où un petit nombre de « best-sellers » constitue l’essentiel des revenus. Les modèles économiques de longue traîne doivent s’accompagner de coûts de stockage faibles et de plates-formes de distribution performantes assurant une bonne visibilité aux contenus de niche.
  • Les plates-formes multifaces : Les plates-formes multifaces mettent en contact deux groupes au moins de clients distincts mais interdépendants. Elles n’ont pas de valeur pour un groupe de clients que si les autres groupes de clients sont également présents. La plate-forme crée de la valeur en rendant possibles les interactions entre les différents groupes. Pour croître en valeur, une plate-forme multiface doit attirer davantage d’utilisateurs, ce qu’on appelle l’effet réseau.
  • Le modèle économique du gratuit : Dans le modèle économique du gratuit, un segment de clients important au moins a la possibilité de bénéficier de manière continue d’une offre gratuite. Différentes configurations rendent l’offre gratuite possible. Le segment qui ne paye pas est subventionné par une autre composante du modèle économique ou par un autre segment de clients.
  • Les modèles économiques ouverts : Les entreprises peuvent utiliser les modèles économiques ouverts pour créer et capter de la valeur en collaborant de manière systématique avec des partenaires extérieurs. cette collaboration peut s’exercer dans le sens « dehors-dedans » ou dans le sens « dedans-dehors ».

Quelques méthodes… Design

 

  • La connaissance du client : Se mettre à la place du client est un principe qui préside à l’ensemble du processus de conception du modèle économique. Il doit guider tous les choix : proposition de valeur, canaux de distribution, relation avec le client, flux de revenus. La méthode utilisée pour prendre la voix du client est la carte d’empathie.
  • La génération d’idées : La méthode utilisée pour générer le plus d’idées possibles est de partir de tous les épicentres de l’innovation possibles (ressources, l’offre, les clients et les finances). Il convient pour optimiser le processus de génération d’idées de rassembler une équipe diversifiée et de penser le plus visuellement possible.
  • La pensée visuelle : L’utilisation de Post-it et de dessins est primordial dans le processus de création. Il permet de comprendre l’essentiel et d’améliorer le dialogue.
  • Le prototypage : Si vous figez une idée trop vite, vous en tombez amoureux. Si vous la perfectionnez trop vite, vous vous attachez et il devient très difficile de poursuivre l’exploration, de continuer à chercher mieux. Le caractère rudimentaire des premiers modèles, en particulier, est tout à fait délibéré. (Jim Glymph)
  • Le storytelling : C’est un très bon outil pour raconter l’histoire du modèle économique surlequel on travaille. Cela peut permettre de rendre tangible le modèle, le clarifier et susciter l’adhésion des futurs clients ou investisseurs..

Stratégie

Les auteurs proposent la cartographie ci-dessous pour analyser l’environnent de l’entreprise.

Stratégie Model Canvas

Ils proposent également un approche SWOTpour analyser l’ensemble des secteurs du modèle économique.

Enfin, ils se basent sur la stratégie OCEAN BLEU en combinant avec la matrice pour remettre en question des modèles économiques.

Le processus pour repenser un modèle économique

Ce processus est schématisé ci-dessous.

Les 5 phases du processus de conception de modèle économique

SI CET ARTICLE VOUS A DONNÉ ENVIE D’ALLER PLUS LOIN, LISEZ CE LIVRE !

Lien Amazon : En savoir plus, voir les commentaires et acheter le livre

SI VOUS ÊTES PLUTÔT, FORMAT VIDÉO ET QUE VOUS AVEZ 40 MIN DEVANT VOUS 🙂

Pour aller plus loin :

 

 

L’actu Insurtech et Digital de la semaine du 18 décembre 2017

Actu Insurtech

 

Autres

L’actualité Insurtech – Semaine du 4 décembre

Une infographie représentant l’ensemble des offres des GAFAs dans le monde de la finance
Une analyse intéressante de l’insurtech Coya
Un rapport intéressant à télécharger même s’il y a beaucoup de banalités, quelques chiffres intéressants
Un excellent article sur des exemples d’insurtechs pouvant aider les courtiers à mieux utiliser l’outil Digital
Une analyse des investissements dans le mon des insurtech par le cabinet Financial Technology Partners
Très bon article pour représenter les grandes tendances insurtech du moment
Un article sur les fintechs du secteur du crédit

6 courtiers « augmentés » qui veulent bousculer le monde du courtage

Article6courtiers

Ces 6 insurtechs viennent de lever presque 50 Millions d’euros en moins de trois ans.

Les points communs de ces insurtechs sont :
– Un investissement important dans l’application mobile
– L’utilisation des nouvelles technologies pour interroger un plus grands nombres d’assureurs
– Une comparaison « étendue » non seulement sur le prix mais aussi sur les couvertures
– Un simplicité et une fluidité des parcours de vente

Le terme « robot conseiller » est parfois utilisé pour mettre en avant la capacité de ces applications à pousser du conseil personnalisé et d’assister l’assuré pour la gestion de ses contrats.

Ainsi, sur le fond du métier de ces insurtechs, il n’y a pas de rupture par rapport à un courtier classique.

Les différences se font vraiment au niveau des outils où le digital permet au client final d’avoir des applications plus fluides pour gérer leurs contrats d’assurance et la maitrise de la data permet à ces acteurs d’accéder à un nombre très important d’offres. C’est pour cela qu’on peut parler de courtier augmentés qui profitent des progrès de la technologie pour améliorer leur performance.

 

Wefox 

Wefox veut totalement digitaliser le rôle de courtier et devenir le point de contact unique pour la gestion de l’assurance des particuliers. Dôtée d’une application mobile et d’un site Web, Wefox propose à ses clients d’automatiser la gestion des contarts d’assurance après avoir signé un mandat. A noter, que Wefox vient d’intégrer une compagnie pour aller plus loin sur la chaîne de valeur. ( Voir le fiche de l’insurtech One)

Voir la fiche de Wefox

Brolly

Brolly se propose de devenir le compagnon / concierge personnel en charge du portefeuille d’assurance de chaque client. Basé sur une application mobile simple et à l’aide d’un algorithme survitaminé, Brolly souhaite mettre en adéquation les risques avec les couverture. Lancement prévu fin 2017.

Voir la fiche de Brolly

Knip

Fondé en 2013 par Dennis Just et Christina Kehl, Knip est un gestionnaire d’assurance mobile qui rassemble les produits d’assurance des clients en une seule application, permettant aux utilisateurs d’accéder à l’ensemble de leurs documents, tarifs et services d’assurance en un seul endroit.

Voir la fiche de Knip

Sherpa

La promesse de Sherpa est grande, ils se placent en pur conseil du consommateur et personnalisent l’offre aux datas recueillies grâce à la saisie de l’internaute et à la capture de ses contrats d’assurance initiaux.
Ils construisent un contrat sur-mesure avec un package de garanties propres à chaque client.
Enfin, Sherpa ne prend pas de commission mais facture directement le client en fonction du nombre de risques couverts.
Nous sommes impatients de voir le contenu exact de l’offre, cela peut vraiment être une rupture dans l’approche globale du client. Lancement de l’offre fin 2017.

Voir la fiche de Sherpa

Fluo

Fluo se veut une application qui simplifie l’assurance : plus transparente, plus facile et simple à comprendre. En quelques clics, Fluo révèle les assurances de vos cartes bancaires afin d’optimiser vos contrats et éviter les doublons. L’application Fluo analyse vos contrats d’assurance auto, habitation, santé et vous propose des solutions adaptées à vos besoins.

Voir la fiche de Fluo

Clark

Clark est une plateforme d’assurance offrant une couverture d’assurance transparente, bon marché et complète. En combinant technologie et expertise en assurance, Clark offre aux utilisateurs des conseils d’assurance simples, équitables et axés sur le client. La société berlinoise a été fondée en juin 2015 par Christopher Oster et Steffen Glomb. Clark est soutenu par FinTech incubateur FinLeap et le groupe de réflexion sur les assurances ITA – « Institute for Transparency ».

Voir la fiche de Clark

Scroll to Top